open-lefebvre-dalloz

Durée du travail
glyph

Heures supplémentaires : quand y recourir ?

file
Fiche thématique
timer
4 min de lecture
agenda
15 mars 2022
L'employeur recourt aux heures supplémentaires quand il veut faire exécuter à son salarié des heures au-delà de la durée légale du travail.
darkmode
Sommaire

Qu'est-ce qu'une heure supplémentaire ?

Ce sont toutes les heures effectuées au-delà de la durée légale - pas conventionnelle - hebdomadaire du travail ou de la durée considérée comme équivalente. La durée légale est de 35 heures par semaine, de 1 607 heures par an en cas d'accord collectif aménageant le temps de travail sur l'année et pour les salariés au forfait annuel en heures.

Les heures supplémentaires bénéficient d'une rémunération majorée et ouvrent droit, si elles dépassent certaines limites, à une contrepartie obligatoire en repos. Elles ouvrent également droit à une exonération de cotisations salariales et à une déduction forfaitaire de cotisations patronales, leur rémunération étant défiscalisée : sur le sujet , voir « Quels allègements de cotisations sur les heures supplémentaires et complémentaires ?».

Chaque entreprise a un contingent annuel d'heures supplémentaires, fixé par convention ou accord collectif, ou, à défaut, à 220 heures, dont le franchissement déclenche l'obligation pour l'employeur d'accorder la contrepartie obligatoire en repos.

Quels employeurs sont concernés par les heures supplémentaires ? Pour quels salariés ?

Sont concernés :

- tous les employeurs de droit privé et dans le secteur public les établissements publics industriels et commerciaux ;

- tous les salariés soumis à la réglementation de la durée du travail, sauf ceux sous convention de forfait en jours ; sont donc concernés ceux sous convention de forfait en heures, hebdomadaire, mensuelle et même annuelle.

Les heures supplémentaires sont dues quel que soit le mode de rémumération du salarié : salaire au mois, à l'heure, à la tâche ou aux pièces.

Attention

Les jeunes de moins de 18 ans ne peuvent pas exécuter d'heures supplémentaires, sauf dérogations et dans certaines limites.

Les cadres bénéficient d'heures supplémentaires, comme n'importe que autre salarié, sauf les cadres dirigeants, lesquels sont exclus des dispositions du Code du travail sur la durée du travail.

Comment calcule-t-on les heures supplémentaires ?

L'employeur doit prendre en compte les heures de travail effectif et les temps assimilés à du travail effectif pour le calcul de la durée du travail.

En principe, les heures se décomptent par semaine (c'est-à-dire par période allant du lundi à 0 heures au dimanche à 24 heures, sauf si un accord collectif d'entreprise, d'établissement ou de branche fixe une autre période de 7 jours consécutifs).

Ce principe comporte cependant de nombreuses dérogations : convention de forfait mensuel ou annuel en heures, aménagement de la durée du travail sur plusieurs semaines ou l'année, travailleurs à domicile ou personnels roulants du transport routier.

En cas d'horaires individualisés, un accord collectif peut prévoir les limites et modalités du report d'heures d'une semaine à une autre. À défaut d'accord collectif, les horaires individualisés peuvent entraîner des reports d'heures d'une semaine à l'autre, dans la limite de 3 heures, leur cumul ne pouvant pas avoir pour effet de porter le total des heures reportées à plus de 10 heures. Les heures reportées ne sont pas des heures supplémentaires si elles résultent d'un libre choix du salarié, la solution étant opposée pour celles expressément demandées par l'employeur.

Qui décide de l'accomplissement des heures supplémentaires ?

C'est l'employeur qui demande l'exécution d'heures supplémentaires : toutefois, le salarié peut se faire rémunérer comme des heures supplémentaires des heures accomplies avec l'accord implicite de l'employeur ou dont il établit qu'elles ont été rendues nécessaires par les tâches qui lui ont été confiées.

L'employeur est en droit de demander l'exécution d'heures supplémentaires : une telle demande n'entraîne pas de modification du contrat de travail, le refus du salarié, sans motif légitime, d'accomplir de telles heures pour effectuer un travail urgent constituant au contraire une cause réelle et sérieuse de licenciement, voire une faute grave. Attention toutefois, le refus du salarié d'accomplir les heures supplémentaires demandées par l'employeur peut être considéré comme fondé s'il ne les rémunère pas ou s'il n'accorde pas la contrepartie obligatoire en repos. De même, le refus du salarié n'est pas fautif lorsque le recours systématique à des heures supplémentaires porte sa durée du travail de 35 à 39 heures (Cass. soc. 8-9-2021 n° 19-16.908 F-D).

L'employeur est en droit, aussi, de réduire ou supprimer les heures supplémentaires sans qu'il en résulte une modification du contrat de travail du salarié, sauf convention de forfait ou garantie contractuelle d'un nombre déterminé d'heures supplémentaires.

Attention

L'employeur doit, avant de recourir aux heures supplémentaires :

  • si elles se situent à l'intérieur du contingent annuel, en informer le comité social et économique,
  • si elles se situent au-delà du contingent, le consulter.

Dans quelles limites peut-on accomplir des heures supplémentaires ?

Les heures supplémentaires ne peuvent être effectuées que dans certaines limites :

  • 48 heures par semaine ;
  • 44 heures sur une période quelconque de 12 semaines consécutives.
  • 10 heures par jour.

De nombreuses dérogations tant aux durées maximales hebdomadaires que journalières sont prévues, selon le cas sur autorisation de l'inspecteur du travail ou convention ou accord collectif.

  • print
  • linkedin
À consulter aussi
Durée du travail
Simulateur - Calcul des heures supplémentaires
agenda
17 mars 2020
Aller plus loin
Comment mettre en place l'APLD? Quelles formalités ? Quelle indemnisation pour les salariés ? Quelles aides pour l’employeur ? ...
Cet ouvrage aborde, sous forme de questions-réponses, les différents aspects de ce dispositif
89,00 € TTC
Questions fréquemment posées

Quel est le taux de majoration des heures supplémentaires ?

En principe, le taux de majoration des heures supplémentaires est de :

  • 25 % pour chacune des 8 premières heures (de la 36e à la 43e heure incluse) ;
  • 50 % à partir de la 44e heure.

Toutefois, une convention ou un accord collectif d'entreprise ou d'établissement ou, à défaut, de branche peut fixer d’autres taux, sans que ceux-ci puissent être inférieurs à 10 %.

La rémunération des heures supplémentaires est-elle soumise aux cotisations sociales et à l’impôt ?

Les heures supplémentaires ouvrent droit, pour les salariés, à une réduction de cotisations salariales et, dans les entreprises de moins de 20 salariés, à une déduction forfaitaire de cotisations patronales de sécurité sociale. Les salariés sont également exonérés d'impôt sur le revenu à raison des rémunérations correspondantes dans la limite d'un plafond annuel.