Modèle
1 janvier 2023
Cette formule présente le contenu du rapport du commissaire aux apports attestant que la valeur de l’apport en nature correspond au moins à la valeur nominale des actions à émettre.

Mesdames, Messieurs,

Vous envisagez de constituer entre vous une société par actions simplifiée, au capital de .....(capital) € dont le siège social est situé .....(siège social).

Le capital de cette société sera en partie constitué par l’apport en nature suivant : .....(description de l’apport).

Cet apport sera effectué par .....(nom de l’apporteur).

En rémunération de cet apport, .....(nom de l’apporteur) recevra .....(nombre) actions à émettre de la société de .....(montant) euros de valeur nominale chacune.

Conformément aux prescriptions légales et réglementaires nous avons établi le présent rapport afin d’affirmer ou non que la valeur de cet apport correspond au moins à la valeur nominale des actions à émettre.

Le mode d’évaluation de cet apport qui a été retenu est le suivant : .....(décrire le mode d’évaluation).

Nous avons retenu ce mode d’évaluation car .....(raisons de ce choix).

Nous avons conclu que la valeur de l’apport en nature effectué par .....(nom de l’apporteur), s’élevant à .....(montant) euros, n’est pas surévaluée et qu’elle est, en conséquence, au moins égale au montant de la valeur nominale des actions qui lui sont attribuées.

Fait à .....(lieu), le

Signature

ChatGPT, révolution ou gadget technologique sans intérêt ?

Retrouvez dans cet article l'analyse de 2 spécialistes, Guillaume Jagerschmidt, avocat en droit des nouvelles technologies et Zacharie Laïk. avocat au barreau de New York, sur l’impact de l’utilisation de ChatGPT pour le métier des avocats en 2 points : pour une utilisation raisonnée de ChatGPT et faire monter les exigences et les compétences des juristes

À consulter aussi
Droit des affaires
Société par actions simplifiée (SAS)
Requête aux fins de désignation d'un commissaire aux apports
1 janv. 2023
Les dernières actualités dans ce thème
Modification inopinée d'un contrat de cession de titres avant la signature de l'acte : l'abus écarté
Droit des affaires
Société par actions simplifiée (SAS)
Modification inopinée d'un contrat de cession de titres avant la signature de l'acte : l'abus écarté
23 juil. 2024