Fiche thématique
4 min de lecture
28 décembre 2023
L’ordonnance no 2017-1387 du 22 septembre 2017 a créé un barème obligatoire auquel doit se référer le juge prud’homal pour déterminer le montant de l’indemnité à allouer au salarié licencié sans cause réelle et sérieuse. Ce barème est composé de montants minimaux et maximaux qui évoluent selon l’ancienneté du salarié. Il est applicable depuis le 24 septembre 2017.

Sommaire

Un barème obligatoire applicable à toutes les entreprises

Pour les licenciements notifiés depuis le 24 septembre 2017 et dépourvus de cause réelle et sérieuse, le juge doit obligatoirement, pour fixer le montant de l’indemnité, se référer au nouveau barème fixé à l’article L. 1235-3 du code du travail, qui prévoit des planchers et des plafonds d’indemnisation. Sa marge de manœuvre est ainsi considérablement réduite.

Remarque

Plusieurs conseils de prud’hommes et cours d’appel ont refusé (et refusent encore) d’appliquer ce barème lorsqu’il ne permet pas de réparer de manière adéquate le préjudice subi par le salarié. Pour la Cour de cassation, ce barème est conforme à la Convention no 158 de l’OIT. Elle écarte toute possibilité pour les juges de procéder à un contrôle in concerto en dehors des montants minimaux et maximaux déterminés par ledit barème ( Cass. avis, 17 juill. 2019, no 19-70.010  ; Cass. avis, 17 juill. 2019, no 19-70.011  ; Cass. soc., 11 mai 2022, no 21-14.490, no 654 FP-B + R  ; Cass. soc., 11 mai 2022, no 21-15.247, no 655 FP-B + R  ; Cass. soc., 1er févr. 2023, no 21-21.011  ; Cass. soc., 6 sept. 2023, no 22-10.973  ; Cass. soc., 20 sept. 2023, no 22-12.751  ; Cass. soc., 11 oct. 2023, no 21-24.857  ; Cass. soc., 6 déc. 2023, no 21-24.075 ).

La fin des « 6 mois de salaire minimum »

Les salariés ayant au moins 2 ans d’ancienneté et travaillant dans une entreprise d’au moins 11 salariés ne pourront plus, en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse, tabler sur un minimum de 6 mois de salaire. Ce minimum est réduit à 3 mois, quelle que soit leur ancienneté (ce plancher de 3 mois s’applique à tous les salariés ayant au moins 2 ans d’ancienneté). Le plafond est fixé à 3,5 mois pour une ancienneté de 2 ans, à 10 mois pour une ancienneté de 10 ans et à 20 mois pour une ancienneté d’au moins 29 ans.

Montants minimaux et maximaux de l’indemnité pour licenciement abusif

Ancienneté du salarié (en années complètes)

Indemnité minimale (en mois de salaire brut)

Indemnité maximale (en mois de salaire brut)

Entreprises de 11 salariés et plus

Entreprises de moins de 11 salariés

0

Sans objet

Sans objet

1

1

1

0,5

2

2

3

0,5

3, 5

3

3

1

4

4

3

1

5

5

3

1,5

6

6

3

1,5

7

7

3

2

8

8

3

2

8

9

3

2,5

9

10

3

2,5

10

11

3

3

10,5

12

3

3

11

13

3

3

11,5

14

3

3

12

15

3

3

13

16

3

3

13,5

17

3

3

14

18

3

3

14,5

19

3

3

15

20

3

3

15,5

21

3

3

16

22

3

3

16,5

23

3

3

17

24

3

3

17,5

25

3

3

18

26

3

3

18,5

27

3

3

19

28

3

3

19,5

29

3

3

20

30 et au-delà

3

3

20

Le barème obligatoire a été adapté pour tenir compte de la situation des très petites entreprises (TPE). Ainsi, les planchers d’indemnisation du licenciement sans cause réelle et sérieuse d’un salarié travaillant dans une entreprise de moins de 11 salariés et bénéficiant d’une ancienneté comprise entre 1 et 10 ans sont moins élevés.

Remarque

Le salarié d’une entreprise de moins de 11 salariés licencié alors qu’il compte 6 ans d’ancienneté ne pourra par exemple prétendre qu’à une indemnité minimale d’1,5 mois de salaire ; dans une entreprise d’au moins 11 salariés, cette indemnité est de 3 mois. Dès 11 ans d’ancienneté, le plancher d’indemnisation est strictement identique quel que soit l’effectif de l’entreprise.

Cumul de l’indemnité pour licenciement abusif avec les indemnités de rupture

L’indemnité se cumule (en principe) avec les indemnités de rupture

L’indemnité attribuée dans le cadre du barème s’ajoute aux indemnités légales, conventionnelles ou contractuelles qui lui sont dues par ailleurs au salarié (indemnité de licenciement, de préavis, de non-concurrence…). Le juge peut en minorer le montant en tenant compte des indemnités de licenciement versées à l’occasion de la rupture, hormis l’indemnité légale : il peut donc déduire de la somme allouée en application du barème tout ou partie de l’indemnité de licenciement supra-légale éventuellement versée au salarié (C. trav., art. L. 1235-3 ).

Elle se cumule avec certaines indemnités spécifiques au licenciement économique

L’indemnité versée au salarié pour licenciement sans cause réelle et sérieuse se cumule avec les trois indemnités suivantes, mais dans la limite des montants maximaux prévus par le barème :

  • l’indemnité prévue en cas de non-respect par l’employeur des procédures de consultation des représentants du personnel ou d’information de l’autorité administrative (calculée en fonction du préjudice subi) ;
  • l’indemnité prévue en cas de non-respect de la priorité de réembauche ;

Remarque

Auparavant, cette indemnité ne pouvait être inférieure à 2 mois de salaire mais l’ordonnance susvisée l’a abaissée à un mois de salaire minimum.

  • l’indemnité prévue en cas d’irrégularité de la procédure de licenciement économique dans une entreprise où le CSE n’a pas été mis en place alors que l’entreprise est assujettie à cette obligation et qu’aucun procès-verbal de carence n’a été établi. Cette indemnité représente au moins un mois de salaire.

Application du barème à la résiliation judiciaire et à la prise d’acte

En cas de résiliation judiciaire du contrat aux torts de l’employeur, ou en cas de prise d’acte justifiée, le salarié bénéficie, entre autres, de l’indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse. Cette indemnité doit alors être déterminée en fonction du barème obligatoire (C. trav., art. L. 1235-3-2 ), sauf si ces ruptures produisent les effets d’un licenciement nul. Dans ce cas, le juge doit accorder au salarié une indemnité au moins égale aux salaires des 6 derniers mois.

Changements importants sur l’acquisition des congés payés en cas de maladie ou d'accident

Une véritable révolution jurisprudentielle : tout arrêt de travail pour maladie ou accident ouvre droit à congés, la prescription ne court pas si l’employeur est défaillant et les congés non pris avant un congé parental sont conservés. Modification du régime des congés payés : découvrez gratuitement l’analyse de notre rédaction dans Navis Social.

À consulter aussi
Droit social
Rupture du contrat de travail
Licenciement pour cause réelle et sérieuse
8 août 2023
Aller plus loin
Formulaire social - Plus de 670 modèles pour toutes les formalités de la vie sociale de l’entreprise
670 modèles d'actes pour : préparer un contrat de travail, procéder à un licenciement, négocier une rupture conventionnelle, organiser l’élection d’un comité social et économique, négocier avec les organisations syndicales représentatives dans l'entreprise, mettre en place un dispositif d’épargne salariale, une charte sur le télétravail...
452,00 € HT/an
Formulaire social - Plus de 670 modèles pour toutes les formalités de la vie sociale de l’entreprise
Questions fréquemment posées

Qu’est-ce que le barème d’indemnités pour licenciement abusif ? 

Le barème obligatoire d’indemnités pour licenciement abusif est un barème fixé par le Code du travail auquel le juge prud’homal doit se référer pour déterminer le montant de l’indemnité à accorder au salarié licencié sans cause réelle et sérieuse. Le barème prévoit des montants planchers et des plafonds, exprimés en mois de salaire brut, variant en fonction de l’ancienneté du salarié. Les plafonds sont moins élevés pour les salariés travaillant dans une entreprise de moins de 11 salariés et justifiant d’une ancienneté de moins de 11 ans. 

Comment est déterminée l’indemnité pour licenciement abusif ? 

Le salarié dont le licenciement est abusif a droit à une indemnité dont le montant est fixé par le juge prud’homal entre un minimum et un maximum définis par un barème obligatoire en fonction de l’ancienneté du salarié. Entre les bornes du barème, le juge évalue le préjudice subi par le salarié et tient compte, le cas échéant, des indemnités de rupture extralégales déjà versées par l’employeur.  

Dans quels cas le barème d’indemnités pour licenciement abusif s’applique-t-il ? 

Le barème d’indemnités pour licenciement abusif s’applique en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse. Il s’applique donc également en cas de prise d’acte de la rupture de son contrat de travail par le salarié et de résiliation judiciaire du contrat aux torts de l’employeur lorsqu’ils s’analysent en licenciement sans cause réelle et sérieuse. Le barème est inapplicable en cas de licenciement nul.

Les dernières actualités dans ce thème
Une semaine de jurisprudence sociale à la Cour de cassation
Droit social
Rupture du contrat de travail
Une semaine de jurisprudence sociale à la Cour de cassation
5 avr. 2024