open-lefebvre-dalloz

Rémunération et protection sociale
glyph

Verser la prime d’intéressement

file
Fiche thématique
timer
5 min de lecture
agenda
4 février 2022

Une fois l’enveloppe globale d’intéressement répartie entre les différents bénéficiaires, reste à verser les primes.

Les primes d’intéressement doivent être distribuées dans un délai relativement court. La loi a d’ailleurs précisé les dates limites de versement.

Elles doivent être versées net de CSG et CRDS.


Textes
darkmode
Sommaire

Des délais de versement strictement encadrés par la loi

L’intéressement doit permettre aux salariés de disposer rapidement des sommes issues de l’intéressement. Le versement de la prime d’intéressement doit donc intervenir dans un délai court, fixé par l’accord d’intéressement avec une limite légale :

  • si l’exercice sur lequel est calculé l’intéressement est annuel, le versement doit avoir lieu, au plus tard, le dernier jour du 5e mois suivant la clôture de l’exercice pour les exercices clos à partir du 8 août 2015 : si la clôture de l’exercice est fixée au 31 juillet de l’année N, les primes d’intéressement doivent être versées aux salariés le 30 novembre de l’année N, au plus tard. Si la clôture de l’exercice est fixée au 31 décembre de l’année N, les primes d’intéressement calculées sur l’exercice doivent être versées aux salariés le 31 mai de l’année N + 1, au plus tard ;
  • si la période de calcul de l’intéressement est infra-annuelle, il doit intervenir, au plus tard, dans les deux mois suivant la fin de cette période : si la période de calcul de l’intéressement est fixée du 1er janvier au 30 avril de l’année N, les primes d’intéressement doivent être versées aux salariés le 30 juin de l’année N, au plus tard.

Selon l’administration, il est souhaitable de procéder au versement des primes dès que l’enveloppe globale de l’intéressement peut être calculée.

Des retards de paiement productifs d’intérêts légaux

Pour les exercices clos à compter du 8 août 2015, les sommes versées hors délai sont majorées d’intérêts de retard calculés à un taux égal à 1,33 fois le taux moyen de rendement des obligations des sociétés privées (TMOP), taux faisant l’objet d’un avis ministériel publié au début de chaque semestre, au Journal officiel.

Remarque

Pour les exercices clos jusqu’au 7 août 2015, si la date limite de versement était dépassée (rappelons que, pour ces exercices, le versement devait avoir lieu au plus tard le dernier jour du 7e mois suivant la clôture de l’exercice), les sommes étaient majorées d’un intérêt calculé au taux d’intérêt légal.

Ces intérêts, à la charge de l’entreprise, sont versés en même temps que le principal, bénéficient des mêmes exonérations que l’intéressement et ne sont pas assujettis à la CSG/CRDS.

Un versement net de CSG/CRDS

Le versement effectué au titre de l’intéressement doit être égal au montant net de l’intéressement, déduction faite des CSG et CRDS dues au titre des revenus d’activité.

Une fiche de versement, distincte du bulletin de salaire, doit indiquer le montant de la prime, le montant global de l’intéressement, le montant moyen perçu par le bénéficiaire, ainsi que la retenue opérée au titre de la CSG et de la CRDS.

Remarque

Cette fiche comporte en annexe une note rappelant les règles essentielles de calcul et de répartition prévues au contrat ainsi que le montant global de l’intéressement. Elle peut être envoyée par courrier électronique, avec l’accord du salarié.

Cas particulier des acomptes : attention danger !

Prévoir le recours à l’acompte dans l’accord

Quelle que soit la période de calcul retenue, l’employeur peut verser un acompte en cours de période si l’accord d’intéressement prévoit cette faculté. Il décide seul du moment et du montant de l’acompte.

Remarque

Les acomptes sont autorisés s’ils sont chiffrés à partir de résultats intermédiaires fiables et que leur versement n’intervient pas avant le dépôt de l’accord auprès de la Dreets (ex-Direccte) ( Lettre-circ. ACOSS no 94/21, 9 févr. 1994 ).

Si l’accord prévoit une clause de versement d’acomptes, il doit également comporter une clause de reversement des acomptes trop-perçus. En revanche, il ne peut prévoir l’acquisition définitive des acomptes en cas de trop-perçu ; cette clause est considérée illégale car contraire au caractère aléatoire de l’intéressement.

Remarque

L’interrogation du salarié entre investissement et disponibilité immédiate de l’intéressement doit intervenir au moment de l’acompte (la réponse au 1er acompte peut alors être considérée valable pour les suivants) et au moment du versement définitif. A défaut de choix, la prime d’intéressement est affectée sur un PEE (quand il en existe un). Dans ce cas, le salarié dispose (temporairement) d’un droit de rétractation. Ce droit est ouvert après le versement de l’intéressement définitif.

Récupérer le trop-perçu éventuel

Si séduisant soit-il, le système d’acomptes peut s’avérer au final assez compliqué à gérer. En effet, si l’enveloppe globale de l’intéressement est, à la clôture de l’exercice, inférieure au montant des acomptes versés en cours d’exercice, les sommes indûment versées doivent être intégralement reversées par les salariés. Il faut récupérer le trop-perçu. Mais si le salarié ne peut ou ne veut pas restituer le trop-versé, comment récupérer les sommes avancées ?

L’employeur ne peut pas décider que ces sommes sont définitivement acquises. Selon certains spécialistes, il lui resterait, a priori, un seul moyen : la compensation (C. trav., art. L. 3251-3 ). En vertu de ce texte, l’employeur ne peut opérer de retenue sur salaire pour les avances en espèces qu’il a faites, que s’il s’agit de retenues successives ne dépassant pas le dixième du montant des salaires exigibles. L’acompte sur l’intéressement pourrait être compensé sur la base de ce texte, d’autant que l’expression « avances en espèces » recouvre tous les modes de paiement. A notre connaissance, la jurisprudence ne s’est pas encore prononcée sur le sujet. Mieux vaut miser sur le bon vouloir du salarié…

En outre, si la prime d’intéressement a été affectée à un PEE, les sommes sont bloquées pendant le délai d’indisponibilité. Les versements ne peuvent donc être sortis du plan mais constituent des versements volontaires. A ce titre, ils doivent être inclus dans l’assiette des cotisations sociales et soumis à l’impôt sur le revenu.

Que faire des sommes dues au salarié qui a quitté l’entreprise ?

En principe, tout salarié qui quitte l’entreprise doit indiquer à son employeur l’adresse où il peut être joint. Mais il arrive en pratique que l’ancien salarié ne puisse être atteint à la dernière adresse indiquée par lui (c’est souvent le cas pour les apprentis ou les CDD de courte durée). Dans cette hypothèse, il convient de distinguer deux situations :

  • si aucun PEE, PEG ou PEI n’a été mis en place dans l’entreprise (hypothèse rarissime aujourd’hui), les sommes auxquelles il peut prétendre au titre de l’intéressement sont tenues à sa disposition par l’entreprise pendant un an à compter de la date limite de versement et, passé ce délai, elles sont remises à la Caisse des dépôts et consignations (CDC), où l’intéressé peut les réclamer jusqu’au terme d’un délai de 30 ans.

Remarque

Seule l’entreprise ou son mandataire peut consigner ces sommes. Si la consignation demandée concerne plusieurs personnes, il doit être produit un état mentionnant pour chacun des bénéficiaires, outre son identité, le montant lui revenant. Par ailleurs, la déclaration de consignation doit préciser que les sommes pourront être remises par la CDC, sur simple demande écrite de leur part et justification de leur identité ;

  • si un PEE, PEG ou PEI existe, depuis le 1er janvier 2016, les sommes attribuées sont, a priori, orientées par défaut sur le plan quand bien même le salarié n’aurait pas répondu au courrier qui lui est adressé : elles suivent alors le régime applicable aux sommes en déshérence déposées sur le plan, la période d’indisponibilité leur étant applicable.

Une prime d’intéressement peu protégée

N’étant pas assimilée à du salaire, la prime d’intéressement versée au salarié ne bénéficie pas :

  • de la protection contre les compensations pratiquées par l’employeur ;
  • du régime des saisies et cessions de rémunérations ;
  • des privilèges généraux propres aux salaires ;
  • du superprivilège des salaires.

En revanche, elle est couverte par l’assurance des créances des salariés (AGS).

Dossier spécial Salaires - Les grandes tendances 2021-2022

Prenez connaissance des grandes tendances des rémunérations avec ce dossier issu du Guide des Salaires. Faites le point sur les métiers en tension, les évolutions par secteur et par région, l'état des lieux de l'égalité femmes/hommes, et l'impact de l'âge du salarié et de la taille de l'entreprise sur les salaires.

  • print
  • linkedin
À consulter aussi
Rémunération et protection sociale
Intéressement
agenda
20 février 2022
Aller plus loin
Véritable documentation de fond, mais traitant de sujets tout à fait d'actualité, la Revue de Droit du Travail offre l'analyse des meilleurs spécialistes, réunis autour d'Antoine Lyon-Caen.
Mensuel - 11 n°/an + la version numérique feuilletable sur Dalloz-Revues.fr et sur l’appli Dalloz pour iPad, incluant les archives de l’année en cours.
470,48 € TTC au lieu de 522,75 € TTC
Questions fréquemment posées

Le montant de l’intéressement est-il plafonné ?

L’intéressement fait l’objet d’un double plafonnement. Le montant global des primes versées aux bénéficiaires au titre de l’intéressement (incluant intéressement de projet et supplément d’intéressement) ne doit pas dépasser annuellement 20 % du total des salaires bruts versés au personnel employé dans le champ d’application de l’accord. Au niveau individuel, chaque salarié ne peut pas recevoir, au titre du même exercice, plus de 75 % du montant du plafond annuel de la sécurité sociale.

Quel est le délai de versement de la prime d’intéressement ?

Si l’intéressement est calculé sur un exercice annuel, le versement de la prime doit être effectué au plus tard le dernier jour du 5e mois suivant la clôture de l’exercice : pour un exercice correspondant à l’année civile N, il s’agira du 31 mai de l’année N + 1 au plus tard.

Si l’intéressement est calculé sur une période plus courte que l’année (sur 3, 4 ou 6 mois), le versement doit intervenir au plus tard dans les 2 mois suivant la fin de la période de référence : pour une période de référence du 1er janvier au 31 juin de l’année N, le versement doit être effectué au plus tard le 31 août de la même année.

L’entreprise qui ne respecte pas ces délais doit verser aux salariés, en même temps que la prime, un intérêt de retard égal à 1,33 fois le taux moyen de rendement des obligations des sociétés privées.

La prime d’intéressement est-elle imposable pour le salarié ?

La prime d’intéressement est soumise à l’impôt sur le revenu l’année de son versement, si le salarié choisit de la percevoir immédiatement. S’il choisit de la verser sur un plan d’épargne salariale (plan d’épargne d’entreprise, de groupe ou interentreprises, plan d’épargne retraite collectif ou PER collectif), elle est exonérée d’impôt sur le revenu dans la limite de 75 % du plafond annuel de la sécurité sociale. Si le salarié ne s’est pas prononcé sur le sort de ses droits dans les 15 jours après avoir reçu l’information sur leur montant et qu’il existe un plan d’épargne d’entreprise dans l’entreprise, la prime y est affectée par défaut et elle bénéficie également de l’exonération d’impôt sur le revenu.

Quel est le taux du forfait social applicable aux primes d’intéressement ?

Les primes d’intéressement ne sont pas soumises au forfait social dans les entreprises employant moins de 250 salariés. Une période de maintien de l’exonération est prévue en cas de franchissement de ce seuil d’effectif.

Les plus grandes entreprises s’acquittent du forfait social au taux de droit commun de 20 %. Toutefois, un taux réduit de 16 % s’applique à l’intéressement versé sur des Perco ou des PER collectifs respectant certains critères de soutien à l’investissement dans les PME et les entreprises de taille intermédiaire.