Actualité
2 min de lecture
3 mai 2023

Dans un communiqué de presse du 11 janvier 2023, le gouvernement avait annoncé un dispositif d'exonération spécifique pour les bons d'achat et cadeaux attribués aux salariés par le CSE au titre de la coupe du monde de rugby 2023 et des jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 (voir notre article Exonération des bons d'achat : mesures dérogatoires pour la coupe du monde de rugby 2023 et les JO 2024.)

Cette mesure s'applique également aux bons d'achat et cadeaux attribués au titre de ces événements par l'employeur en l'absence de CSE dans l'entreprise.

Dans une information du 27 avril, le site des URSSAF apporte des précisions sur les conditions d'exonération de ces avantages.

Les bons d’achat et les cadeaux en nature attribués au titre de ces compétitions peuvent être exonérés de cotisations sociales sous réserve de respecter les conditions suivantes :

  • les bons d'achat ne doivent être utilisables que dans les boutiques officielles de ces deux compétitions (sur internet ou en boutique) ;
  • les cadeaux en nature (billets, transport, hébergement, cadeaux divers...) ne doivent provenir que des boutiques officielles de ces deux compétitions (sur internet ou en boutique) ;
  • les bons d’achat et/ou cadeaux en nature sont attribués par le comité social et économique (CSE), ou par l'employeur en l’absence de CSE, et ce jusqu’au 8 septembre 2024 pour les jeux paralympiques de Paris 2024 ;
  • le montant total des bons d’achat et/ou cadeaux en nature attribués au titre de ces deux compétitions sportives ne doit pas dépasser 25 % du plafond mensuel de la sécurité sociale par salarié et par année civile (en 2023 et 2024), soit 917 € en 2023. Si ce seuil est dépassé, seul le dépassement est soumis à cotisations sociales.

Remarque

lorsque ces conditions sont réunies, les bons d'achat et/ou cadeaux sont également exonérés d'impôt sur le revenu.

Changements importants sur l’acquisition des congés payés en cas de maladie ou d'accident

Une véritable révolution jurisprudentielle : tout arrêt de travail pour maladie ou accident ouvre droit à congés, la prescription ne court pas si l’employeur est défaillant et les congés non pris avant un congé parental sont conservés. Modification du régime des congés payés : découvrez gratuitement l’analyse de notre rédaction dans Navis Social.

Aller plus loin
Le mensuel qui vous aide à sécuriser et à contrôler votre paie
Des articles de fond sur des questions pratiques pour vérifier la conformité de la paie avec la législation (droit du travail, cotisations sociales) et éviter les redressements Urssaf.
118,01 € TTC/an au lieu de 236,00 € TTC/an
Le mensuel qui vous aide à sécuriser et à contrôler votre paie