Actualité
3 min de lecture
27 septembre 2023
L’interdiction de la faculté de résiliation triennale pour les baux commerciaux signés entre les propriétaires et les exploitants de résidences de tourisme ne vaut que pendant le bail initial.
Résidences de tourisme : l'exclusion de la résiliation triennale ne concerne pas le bail renouvelé
©Gettyimages

Le locataire commercial a le droit de donner congé à son bailleur à l’expiration de chaque période triennale du bail (C. com. art. L 145-4). Par exception, les baux commerciaux signés entre les propriétaires et les exploitants de résidences de tourisme classées (visées à l'art. L 321-1 du Code du tourisme) sont d'une durée de 9 ans minimum, sans possibilité de résiliation à l'expiration d'une période triennale (C. com. art. L 145-7-1).

En l’absence de précision textuelle, cette impossibilité de résiliation à l’expiration d’une période triennale s’applique-t-elle aux baux renouvelés ?

Non, répond la Cour de cassation (Cass. 3e civ. 7-9-2023 n° 21-14.279 FS-B) : l’article L 145-7-1 du Code de commerce n'est pas applicable aux baux renouvelés, soumis au seul article L 145-12, lequel prévoit que la durée du bail renouvelé est de 9 ans (sauf accord des parties pour une durée plus longue) et les dispositions de l'article L 145-4, al. 2 et 3, relatives notamment à la faculté de résiliation triennale, sont applicables au cours du bail renouvelé.

En l'espèce, le bail existant était un bail renouvelé, de sorte que l’exploitant de la résidence de tourisme avait pu donner congé pour la deuxième échéance triennale.

A noter :

1° La Haute Juridiction tranche ici, pour la première fois à notre connaissance, la question du champ d'application de l'article L 145-7-1 du Code de commerce, qui avait reçu des réponses divergentes de la part des juges du fond (CA Poitiers 28-5-2019 n° 17/03289 : RJDA 3/20 n° 134 ;  CA Paris 27-1-2021 n° 19/14657 :  RJDA 5/21 n° 297).

Les dispositions relatives à la faculté de résiliation triennale sont d’ordre public (C. com. art. L 145-4 et L 145-15). L’exclusion de cette faculté en ce qui concerne l’exploitant d’une résidence de tourisme classée a été prévue par la loi 2009-888 du 22 juillet 2009 pour protéger l’investissement des propriétaires de ces locaux, qui sont souvent des particuliers. 

Il ressort ainsi des travaux parlementaires que l’objectif poursuivi par le législateur est de rendre fermes les baux commerciaux entre l’exploitant et les propriétaires d’une résidence de tourisme classée afin d’assurer la pérennité de l’exploitation pendant une période initiale minimale de 9 ans. Le bénéfice de la réduction d'impôt auquel le propriétaire du logement à usage de résidence de tourisme peut prétendre est en effet subordonné à son engagement de louer pendant au moins 9 ans à l'exploitant de la résidence, soit la durée du bail initial (CGI art. 199 decies E), les avantages fiscaux étant acquis au terme du bail initial.

La Cour de cassation se réfère expressément à ces éléments pour justifier sa décision d’écarter l’application de l’article L 145-7-1 au bail renouvelé.

Faute de disposition légale interdisant le congé triennal au cours du bail renouvelé, il y a alors lieu d’appliquer les dispositions d’ordre public de l'article L 145-12 (Cass. 3e civ. 2-10-2002 n° 01-02.781 FS-PB :  RJDA 12/02 n° 1246), qui l’autorisent expressément.

2° La Cour de cassation a jugé que l’article L 145-7-1 du Code de commerce était d’ordre public et applicable aux baux en cours au jour de son entrée en vigueur, le 25 juillet 2009 (Cass. 3e civ. 9-2-2017 n° 16-10.350 FS-PBI : RJDA 4/17 n° 228).

Documents et liens associés : 

Cass. 3e civ. 7-9-2023 n%C2%B0 21-14.279 FS-B, Z c/ St%C3%A9 PV Holding

Envie d'aller plus loin ? Découvrez Innéo Entreprise, le portail métier en ligne structuré autour des fonctions dédiées de l’entreprise

Vous êtes abonné ? Accédez à Innéo Entreprise où que vous soyez 

Pas encore abonné ? Nous vous offrons un accès à la solution documentaire Innéo Entreprise pendant 10 jours.

ChatGPT, révolution ou gadget technologique sans intérêt ?

Retrouvez dans cet article l'analyse de 2 spécialistes, Guillaume Jagerschmidt, avocat en droit des nouvelles technologies et Zacharie Laïk. avocat au barreau de New York, sur l’impact de l’utilisation de ChatGPT pour le métier des avocats en 2 points : pour une utilisation raisonnée de ChatGPT et faire monter les exigences et les compétences des juristes

Aller plus loin
Revue de jurisprudence de droit des affaires
Un résumé des décisions essentielles du mois, des chroniques assurées par des spécialistes du droit des affaires...
369,09 € TTC/an au lieu de 738,18 € TTC/an
Revue de jurisprudence de droit des affaires