Actualité
2 min de lecture
24 mars 2022
Un décret publié au JO du 17 mars 2022 précise la durée de l’arrêt de travail qui rend possible l’organisation du rendez-vous de liaison.

L’article 27 de la loi pour renforcer la prévention en santé au travail (L. n° 2021-1018, 2 août 2021, JO : 3 août) a créé, à compter du 31 mars 2022, un rendez-vous de liaison entre le salarié absent et l’employeur, associant le SPST (voir article).

Ce rendez-vous peut être organisé pour les arrêts de travail supérieurs à une certaine durée consécutifs à un accident ou une maladie, d’origine professionnelle ou non (C. trav., art. L. 1226-1-3 nouveau).

La durée d’absence du salarié est désormais fixée par l’article 2 du décret n° 2022-373 (D. n° 2022-373, 16 mars 2022 : JO, 17 mars) à 30 jours (C. trav., art. D. 1226-8-1 nouveau).

Pour rappel, cet entretien a pour objet d’informer le salarié qu’il peut bénéficier d’actions de prévention de la désinsertion professionnelle, d’un examen de préreprise et de mesures d’aménagement du poste et du temps de travail.

Le rendez-vous est organisé à l’initiative de l’employeur ou du salarié. L’employeur informe celui-ci qu’il peut en solliciter l’organisation. Dans tous les cas, le salarié est en droit de refuser cet entretien et aucune conséquence ne peut être tirée de son refus. Compte tenu de son objet, l’entretien peut se tenir pendant la période d’arrêt de travail du salarié.

Remarque : cet article formalise un entretien qui peut déjà être réalisé à l’heure actuelle. Il donne néanmoins un cadre aux échanges qui peuvent se tenir entre l’employeur et le salarié avant son éventuelle reprise du travail.

Pour des précisions sur l’articulation entre la visite de préreprise et le rendez-vous de liaison, voir article du 18 mars 2022.

Le rendez-vous de liaison pourra être proposé aux salariés dont l’arrêt de travail débute à compter du 31 mars 2022.

Changements importants sur l’acquisition des congés payés en cas de maladie ou d'accident

Une véritable révolution jurisprudentielle : tout arrêt de travail pour maladie ou accident ouvre droit à congés, la prescription ne court pas si l’employeur est défaillant et les congés non pris avant un congé parental sont conservés. Modification du régime des congés payés : découvrez gratuitement l’analyse de notre rédaction dans Navis Social.

Documents et liens associés
Aller plus loin
à partir de 35,83 € HT/mois