Actualité
4 min de lecture
4 décembre 2023
La loi 2023-1107 du 29 novembre 2023 portant transposition de l’ANI relatif au partage de la valeur au sein de l’entreprise entre en vigueur le 1er décembre 2023 sauf pour ses dispositions soumises à une date d'entrée en vigueur spécifique ou nécessitant la publication d'un décret d'application. Elle instaure de nouveaux dispositifs de partage de la valeur, fait entrer la PPV dans la sphère de l’épargne salariale et réforme sur différents points l’intéressement, la participation, les plans d’épargne et les AGA.
La loi sur le partage de la valeur s'applique dès le 1er décembre 2023
©Gettyimages

 Présentation de la réforme

La loi du 29 novembre 2023  reprend, le plus fidèlement possible, l’essentiel des propositions de l’ANI, qui comprenait par ailleurs de nombreuses recommandations de bonnes pratiques à destination des entreprises. 

Si elle apporte plusieurs modifications aux régimes existants d’épargne salariale (participation, intéressement, plans d’épargne et AGA), elle se distingue des lois récentes en la matière par la création de dispositifs totalement nouveaux de « partage de la valeur ».

Elle réforme également la prime de partage de la valeur (PPV). Son affectation désormais possible aux plans d’épargne salariale, suivant un régime similaire à celui de la prime d’intéressement, la fait entrer dans la sphère de l’épargne salariale.

Ses mesures entrent en vigueur le 1er décembre 2023, lendemain de sa publication au Journal officiel,  sauf lorsque leur mise en oeuvre est conditionnée à la publication d’un décret d’application ou qu'une date d'entrée en vigueur spécifique est prévue. Compte tenu du caractère relativement consensuel du texte, le Conseil constitutionnel n’a pas été saisi.

Nouveaux dispositifs de partage de la valeur

Dans les entreprises employant au moins 50 salariés et dotées d’un délégué syndical, une négociation sur le partage de la valeur est obligatoire en cas d’augmentation exceptionnelle du bénéfice net. Ce dispositif, inscrit à l’article L 3346-1 du Code du travail, entre en vigueur le 1er décembre 2023. La loi renvoie à la négociation dans l'entreprise le soin de définir ce qui constitue une augmentation exceptionnelle du bénéfice net fiscal, et les modalités d'un partage de la valeur avec les salariés qui en découle. Le partage de la valeur déclenché par des résultats exceptionnels peut, sous certaines conditions, prendre la forme du versement d’un supplément de participation ou d’un supplément d’intéressement ou de l’ouverture d’une nouvelle négociation pour mettre en place un régime d’intéressement, un supplément de participation ou d’intéressement, un abondement à un plan d’épargne salariale ou une prime de partage de la valeur (PPV).

Les entreprises peuvent mettre en place par accord un plan de partage de la valorisation de l’entreprise (PPVE) portant sur 3 ans et donnant lieu au versement d’une prime si la valeur de l’entreprise progresse.

Une participation aux résultats moins favorable que la formule légale est expérimentée pour 5 ans dans les entreprises de moins de 50 salariés. 

Un mécanisme de partage de la valeur est expérimenté pour 5 ans dans les entreprises de 11 à moins de 50 salariés si elles réalisent pendant 3 exercices successifs un bénéfice net correspondant à 1 % du chiffre d’affaires. 

Un partage de la valeur expérimental est prévu dans le secteur de l’économie sociale et solidaire.

Prime de partage de la valeur (PPV)

Deux primes de partage de la valeur peuvent désormais être allouées par année civile, en un ou plusieurs versements, mais sans majoration des plafonds d'exonération sociale et fiscale habituels. L'exonération de CSG-CRDS et d'impôt sur le revenu est prolongée jusqu'au 31 décembre 2026, mais seulement dans les entreprises de moins de 50 salariés. Surtout, la PPV peut être affectée (selon des modalités qui devront être précisées par décret)  à un plan d’épargne salariale ou à un plan d’épargne retraite d'entreprise, avec à la clé une exonération pérenne d'impôt sur le revenu.

Participation et intéressement

Les règles relatives à l’intéressement et à la participation évoluent. Notamment, le versement d’avances sur prime est légalisé pour l'intéressement et étendu à la participation. Par ailleurs, pour l’intéressement, une répartition favorisant les plus bas salaires est désormais possible, l’accord d’intéressement pouvant fixer un salaire plancher, un salaire plafond ou les deux, servant de base à la répartition individuelle lorsqu’elle est proportionnelle aux salaires. La participation est désormais soumise au principe de non-substitution et sa mise en place ne peut plus être retardée en cas d'accord d'intéressement préexistant.

Plans d’épargne salariale et d'épargne retraite

Les règlements des plans d’épargne salariale et d’épargne retraite d'entreprise devront proposer à partir du 1er juillet 2024 au moins un fonds d’épargne verte. La révision de certains PEI est par ailleurs simplifiée.

Actionnariat salarié

Les plafonds globaux et individuels limitant les attributions gratuites d’actions (AGA) sont assouplis.  Par ailleurs, les possibilités d’attribution gratuite d’actions aux mandataires sociaux au sein d’un groupe de sociétés sont élargies

Négociation collective

La loi enjoint aux branches qui n’ont pas examiné la nécessité de réviser leurs classifications depuis plus de 5 ans d’ouvrir ces négociations avant le 31 décembre 2023. Toutes les branches présenteront un bilan de leur action en faveur de la mixité des emplois et des actions d’amélioration avant le 31 décembre 2024.

Pour plus de détails sur les mesures de la loi relative au partage de la valeur, nos lecteurs peuvent se reporter au FRS 24/23, daté du 1er décembre, qui lui est consacré. 

Documents et liens associés

Loi 2023-1107 du 29-11-2023 : JO 30

Dossier spécial Loi de financement de la sécurité sociale pour 2024

L'intégralité des dispositions & les commentaires pratiques de nos rédacteurs accessibles gratuitement dans Navis Social. Faites le point !

Aller plus loin
Guide gestion et administration des ressources humaines
Gérer la durée du travail, les congés et les absences, assurer la discipline, gérer les relations avec les organismes extérieurs, s'acquitter des formalités administratives, se séparer d'un salarié... le Guide vous accompagne pour faire face à chaque situation.
à partir de 112.03€ HT/mois

Guide gestion et administration des ressources humaines