Actualité
2 min de lecture
30 janvier 2023
Les personnes handicapées travaillant dans un Esat sont des usagers de ces établissements et ne sont pas liées à eux par un contrat de travail. L'Esat ne peut donc pas les licencier pour inaptitude.

Dans cette affaire, un travailleur handicapé d'Esat a été déclaré inapte par le médecin du travail, avec dispense d'obligation de recherche de reclassement. La CDAPH avait décidé de la sortie de ce travailleur sur demande de l'Esat. Le travailleur handicapé avait alors formé un recours gracieux, à la suite duquel, la CDAPH l'avait réorienté au sein de l'Esat. Par la suite, l'Esat a refusé par deux fois sa réintégration.

Le travailleur handicapé a alors assigné l'association dont dépend l'Esat devant le président du TGI afin de demander sa réintégration de manière rétroactive et le versement de la rémunération qu'il aurait dû percevoir.

Remarque

pour être admises en Esat, les personnes handicapées doivent être orientées par la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Seule la CDAPH est compétente pour désigner l'Esat accueillant la personne handicapée.
Cette désignation s'impose à l'Esat qui ne peut revenir dessus de son propre chef sans décision préalable de la CDAPH.
Une révision de la décision d'orientation peut être prise par la commission, à la demande de l'Esat, lorsque l'évolution de l'état ou la situation du travailleur handicapé a évolué (CASF, art. L. 241-6).

La Cour de cassation rappelle que :

  • les travailleurs des Esat, s'ils sont soumis aux règles de la médecine du travail, ne le sont pas aux règles applicables en matière de CDI et CDD ;
  • les travailleurs handicapés orientés vers des Esat sont usagers de ces établissements et ne sont pas liés à ceux-ci par un contrat de travail.

Elle en conclut que ces établissements ne peuvent pas rompre le contrat pour inaptitude.

La chambre sociale approuve ainsi la cour d'appel d'avoir dit que l'ESAT n'a pas le pouvoir de rompre le contrat du travailleur handicapé, une telle décision appartenant exclusivement à la CDAPH, et ordonné à la fois la réintégration de l'intéressé dans les effectifs de l'ESAT et le versement des arriérés de rémunération.

Changements importants sur l’acquisition des congés payés en cas de maladie ou d'accident

Une véritable révolution jurisprudentielle : tout arrêt de travail pour maladie ou accident ouvre droit à congés, la prescription ne court pas si l’employeur est défaillant et les congés non pris avant un congé parental sont conservés. Modification du régime des congés payés : découvrez gratuitement l’analyse de notre rédaction dans Navis Social.

Documents et liens associés
Aller plus loin
ELnet SOCIAL
180 études pour une réponse sûre et opérationnelle et 600 modèles, directement utilisables pour la gestion sociale de l’entreprise
à partir de 267.92€ HT/mois
ELnet SOCIAL