Actualité
2 min de lecture
11 mai 2023
Le bailleur qui poursuit son locataire en ouverture d'une procédure collective commet un abus dès lors que, opposé à lui dans de nombreux litiges, il a ainsi tenté de se faire payer des créances en discussion et donc dépourvues de caractère certain et exigible.
Assignation abusive en procédure collective d'un locataire par son bailleur
©Gettyimages

Une société exploite un fonds de commerce d'hôtel dans des locaux donnés en location, fonds qu'elle a acquis d'une autre entreprise. Elle reprend diverses procédures ayant opposé le bailleur au cédant, puis elle demande le renouvellement du bail, que le bailleur refuse, invoquant un motif grave et légitime. Elle agit alors en fixation d'une indemnité d'éviction. Une autre instance est également en cours à la suite de la délivrance de commandements de payer visant la clause résolutoire par le bailleur auxquels la société s'est opposée. Finalement, le bailleur poursuit la société en ouverture d'une procédure collective en raison d'impayés mais sa demande est rejetée par le tribunal en l'absence d'état de cessation des paiements de la société. 

La cour d'appel de Paris condamne le bailleur à verser 30 000 € de dommages-intérêts à sa locataire pour procédure abusive. L'assignation en procédure collective n'était qu'une des nombreuses procédures engagées entre les parties au cours des dernières années, mais elle était de nature à porter atteinte à l'existence même de la société, alors que les parties étaient par ailleurs en litige au sujet des indemnités d'éviction et  d'occupation. Cette assignation constituait un abus de la part du bailleur pour tenter de se faire payer des créances en discussion, qui n'avaient donc aucun caractère certain et exigible. Cet abus avait été réitéré en appel après que le tribunal avait rejeté la demande d'ouverture de la procédure collective.

A noter :

Sauf le cas où le débiteur fait l'objet d'une conciliation ou d'une procédure collective en cours, le redressement ou la liquidation judiciaire peut être ouvert sur assignation d'un créancier du débiteur, quelle que soit la nature de sa créance (C. com. art. L 631-5, al. 2 et L 640-5, al. 2). Encore faut-il que cette créance soit certaine, liquide et exigible (Cass. com. 2-12-2014 n° 13-20.203 F-PB : RJDA 5/15 n° 372). Mais il n'est pas nécessaire qu'elle soit assortie d'un titre exécutoire (Cass. com. 28-6-2017 n° 16-10.025 FS-PBI : RJDA 11/17 n° 735).

Le créancier qui assigne abusivement son débiteur peut être condamné à des dommages-intérêts. L'abus est par exemple caractérisé lorsque le créancier a utilisé l'assignation comme moyen de pression pour obtenir le règlement de certaines dettes (Cass. com. 1-10-1997 n° 95-13.262 P : RJDA 12/97 n° 1537). Le créancier peut en outre être condamné à payer une amende civile de 10 000 € (CPC art. 32-1).

Documents et liens associés

CA Paris 16-2-2023 n° 21/19512, SAS Bassano Développement c/ P.

Retrouvez toute l'actualité en matière de droit des sociétés, droit commercial et de la concurrence dans Navis Droit des Affaires !

Vous êtes abonné ? Accédez à votre Navis Droit des affaires à distance 

Pas encore abonné ? Nous vous offrons un accès au fonds documentaire Navis Droit des Affaires pendant 10 jours.

ChatGPT, révolution ou gadget technologique sans intérêt ?

Retrouvez dans cet article l'analyse de 2 spécialistes, Guillaume Jagerschmidt, avocat en droit des nouvelles technologies et Zacharie Laïk. avocat au barreau de New York, sur l’impact de l’utilisation de ChatGPT pour le métier des avocats en 2 points : pour une utilisation raisonnée de ChatGPT et faire monter les exigences et les compétences des juristes

Aller plus loin
Revue de jurisprudence de droit des affaires
Un résumé des décisions essentielles du mois, des chroniques assurées par des spécialistes du droit des affaires...
738,18 € TTC/an
Revue de jurisprudence de droit des affaires