open-lefebvre-dalloz

Rémunération et protection sociale
glyph

Le PLFSS pour 2023 est considéré comme adopté par l’Assemblée nationale en première lecture

file
Actualité
timer
4 min de lecture
agenda
4 novembre 2022
À la suite de l’engagement de la responsabilité du Gouvernement sur la base de l’article 49-3 de la Constitution et du rejet de deux motions de censure, le PLFSS pour 2023 est considéré comme adopté par l’Assemblée nationale en première lecture le 31 octobre 2022. Le point sur les modifications importantes du texte et ses nouvelles mesures.
Le PLFSS pour 2023 est considéré comme adopté par l’Assemblée nationale en première lecture
©Gettyimages

L’examen du projet de loi de finacement de la sécurité sociale pour 2023 en première lecture à l’Assemblée nationale a été pour le moins chaotique. Afin d’accélérer l’adoption du texte, le Gouvernement a d’abord engagé sa responsabilité sur la base de l’article 49-3 de la Constitution pour faire adopter la troisième partie du texte relative aux recettes et à l’équilibre de la sécurité sociale. Les débats se sont ensuite poursuivis dans l’hémicycle sur le reste du texte avant que le Gouvernement ne décide d’utiliser à nouveau cette procédure pour faire adopter l’ensemble du texte

Le texte va être discuté en première lecture au Sénat du 7 au 14 novembre 2022.

Les principales modifications apportées au texte initial lors de son passage à l'Assemblée nationale sont les suivantes.

Paie

  • Le transfert du recouvrement des cotisations Agirc-Arrco aux Urssaf serait à nouveau reporté, cette fois-ci au 1er janvier 2024. A cette date, les Urssaf se verraient également attribuer le recouvrement de la cotisation Apec et des cotisations dues au titre des expatriés. En revanche, les institutions de retraite complémentaire et leurs fédérations resteraient pleinement compétentes pour enregistrer les droits acquis par les assurés à la retraite complémentaire et leur verser les prestations (Projet art. 6 bis, I-1° et III).
  • Les Urssaf se verraient confier, pour toutes les cotisations et contributions qu’elles recouvrent, la vérification de l’exhaustivité, de la conformité et de la cohérence des informations déclarées par les employeurs (Projet art. 6 bis, I-2°).
  • Le montant de la nouvelle déduction forfaitaire de cotisations sur les heures supplémentaires applicable dans les entreprises de 20 salariés à moins de 250 salariés serait imputé sur les cotisations dues au titre de l’ensemble de la rémunération du salarié et non pas sur les sommes dues au titre des seules majorations salariales liées à ces heures, comme le prévoyait à l'origine le projet de loi. Ainsi, ces modalités seraient alignées sur celles en vigueur pour la déduction forfaitaire de cotisations pour heures supplémentaires des entreprises de moins de 20 salariés (Projet art. 11 bis).
  • Contrôle Urssaf d’une société appartenant à un groupe : en cas d’utilisation par l’agent de contrôle d’informations recueillies lors du contrôle d’une autre entité du groupe, la société contrôlée en serait informée dans un délai fixé par décret (Projet art. 6, I-E).
  • La subrogation des indemnités journalières maladie et maternité ne s’effectuerait finalement pas de plein droit, comme le prévoyait à l'origine le PLFSS. L’employeur pourrait être subrogé au salarié dans le versement de ces IJ sans que celui-ci s’y oppose. Dans ce cas, la caisse primaire d’assurance maladie verserait à l’employeur subrogé le montant des IJ dues dans un délai maximal qui serait fixé par décret en Conseil d’État. En l'absence de subrogation, l'employeur pourrait recouvrer auprès de l’assuré la somme correspondant aux IJ après que celui-ci a été indemnisé par l’assurance maladie (Projet art. 37).

Travail indépendant

  • Une exonération de cotisations serait mise en place à destination des médecins retraités pour favoriser leur maintien en activité. Ainsi, les médecins retraités remplissant les conditions pour cumuler entièrement retraite et activité professionnelle libérale et dont le revenu professionnel non salarié est inférieur à un montant fixé par décret seraient exonérés des cotisations d’assurance vieillesse de base et de retraite complémentaire ainsi que de celles finançant les prestations supplémentaires vieillesse dues pour leur activité professionnelle de médecin au titre de l’année 2023 (Projet art. 7 sexies).
  • Les psychomotriciens seraient ajoutés aux professionnels libéraux listés à l’article L 640-1 du CSS et relèveraient de la Cipav (Projet art. 7 ter).
  • Les modalités dérogatoires de calcul des prestations en espèces versées aux micro-entrepreneurs seraient prolongées pour l’année 2022, afin que la déduction « Covid », qui a été une mesure de soutien aux intéressés, n’aboutisse pas in fine à une diminution de leurs droits à prestations (Projet art. 16 bis).
  • Les soignants retraités souhaitant poursuivre ou reprendre une activité dans les déserts médicaux pourraient bénéficier du dispositif de cumul emploi-retraite intégral. Cette mesure concernerait l'ensemble des professionnels de santé et non pas uniquement les médecins et viserait non seulement les activités exercées dans le cadre du travail indépendant mais aussi celles exercées dans le cadre d'un contrat de travail (Projet art. 49 bis).

Agriculture

  • Le dispositif d’exonération de cotisations TO-DE serait finalement maintenu pour 3 ans, soit jusqu'au 31 décembre 2025, au lieu d’un an envisagé initialement (Projet art. 7).
  • Les cotisations et contributions sociales des exploitants agricoles ayant le statut d’entrepreneur individuel pourraient être recouvrées sur leur patrimoine personnel en cas de manœuvres frauduleuses ou à la suite d’inobservations graves et répétées des prescriptions de la législation de la sécurité sociale (Projet art. 6, II-8°).

Retrouvez toute l'actualité sociale décryptée et commentée par la rédaction Lefebvre Dalloz dans votre Navis Social.

Vous êtes abonné ? Accédez à votre Navis Social à distance.

Pas encore abonné ? Nous vous offrons un accès au fonds documentaire Navis Social pendant 10 jours.

Dossier spécial Salaires - Les grandes tendances 2021-2022

Prenez connaissance des grandes tendances des rémunérations avec ce dossier issu du Guide des Salaires. Faites le point sur les métiers en tension, les évolutions par secteur et par région, l'état des lieux de l'égalité femmes/hommes, et l'impact de l'âge du salarié et de la taille de l'entreprise sur les salaires.

  • print
  • linkedin
Aller plus loin
Le mensuel qui vous aide à sécuriser et à contrôler votre paie
Des articles de fond sur des questions pratiques pour vérifier la conformité de la paie avec la législation (droit du travail, cotisations sociales) et éviter les redressements Urssaf.
232,00 € TTC/an au lieu de 309,33 € TTC/an